Observatoire de la SCAPP

Nos partenaires

Qui est en ligne ?

Nous avons 52 invités en ligne


Actualités de MP
Mauritanie perspective : Mercredi d’échange et de concertation sur l’unité Nationale [PhotoReportage] PDF Imprimer
Écrit par Administrator   
Mercredi, 17 Juin 2015 00:00

Le Rénovateur Quotidien - C’est dans cette vision d’échange, de concertation et de partage d’idée que le mouvement Mauritanie Perspectives a tenu sa deuxième séance intitulée « les mercredi de MP » ce mercredi 05 mai 2015. 

Une rencontre fructueuse modérée parMohameden Ould Bah Hamed qui a réuni des acteurs de la société civile, des professeurs, des écrivains, journalistes et personnes ressources, acteurs de développement autour du thème Unité Nationale.

L’objectif de cette rencontre était d’échanger sur les problématiques qui ternissent l’unité nationale, sur les défis à relever et sur les propositions pour renforcer cette harmonie d’un peuple, comme levier de changement de la société mauritanienne. Des écueils qui altèrent aujourd’hui le développement de cette nation qui se divise ?

Religion, traditions, croyances, coutumes, plusieurs thématiques ont été abordées pour essayer de faire un état des lieux et soumettre des propositions concrètes de nature à améliorer et à renforcer l’unité nationale. Parce que la Mauritanie est un pays doté d’une chance d’abriter en son sein quatre communautés de différentes langues mais aussi de différentes cultures. Cependant, il a été question d’évoquer plusieurs problèmes liés au retard du développement de cette nation unitaire en gros : le refus de l’acceptation de l’autre, les stéréotypes et les préjugés.

Les communautés à savoir Maure, Halpoular, Soninké, Wolof se claustrent dans des différences, et dans les pires des cas ne s’acceptent pas et ne partagent pas. Certains diront que c’est un problème de communication, d’autre de conflit ethnique, mais de conflit de pouvoir et de supériorité. « On ne peut pas vouloir changer les choses si une partie de la communauté se sent léser et minimiser ».

Car même dans les dogmes les plus insensés il est impossible de s’affirmer dans un cercle ou la liberté est suffoquée, comment prétendre l’unité? En d’autre termes, beaucoup de personnes issues de communautés différentes partagent un travail, une amitié, une affinité, mais il y’a toujours une réticence quand il s’agit de vivre ensemble, ou de se marier ensemble.

Il est important de saisir que les enjeux sont incalculables, sur la cohésion sociale, l’exclusion sociale, le risque de refus de l’identité, l’immigration, les révolutions, les mouvances de militantisme de droits humains, et bien d’autres conséquences qui altèrent l’apanage de cette unité.

La religion ?

La religion musulmane appelle à l’unité nationale, à la cohésion sociale, à la fraternité, la paix et la justice, mais de nos jours, dans ce monde, les cœurs sont battis sur l’incompréhension, l’impatience, le refus, l’hypocrisie, la haine, la violence etc… et en Mauritanie, la mauvaise interprétation est un problème majeur dans la religion. Si dans les textes qui régissent le Coran, il est écrit que l’islam est une religion de paix, de tolérance rien n’exclut l’unité, la cohésion sociale, le partage, la liberté, la fraternité. 

Il est difficile de comprendre ce qui se passe en cette époque nouvelle et pourquoi tant de défis et d’enjeux s’opposent au bien être humain. Cette rencontre à occasionner un débat houleux sur la question de l’unité, après avoir observé l’état des lieux place aux propositions qui susciteront impérativement la réaction des dirigeants et décideurs politiques pour une Mauritanie unis.

Des propositions très importantes et dont la plupart prônent pour l’instauration d’un système éducatif nouveau qui impliquera la notion de l’unité nationale, l’enseignement des quatre langues dans les écoles, et le respect de l’autre. Mettre en place des stratégies de vie commun dans les écoles publiques comme jadis : réfectoire et internat. 

Valoriser les cultures et recréer l’état national sur un symbole commun. Organiser un forum national sur tous les passifs humanitaires et régler le problème qui existe entre toutes les communautés. Promouvoir la communication entre les communautés. Promouvoir la justice et la bonne gouvernance. Et tous ceux qui ont pris part à cette rencontre s’arment d’avantage à construire ensemble uneMauritanie nouvelle unie.

Houlèye Kane

Source : http://www.cridem.org/C_Info.php?article=670919

Avec Cridem, comme si vous y étiez...
Mise à jour le Lundi, 14 Décembre 2015 13:57
 
Mauritanie Perspectives (MP) organise un atelier d’échange entre Think tanks : Partager les expériences PDF Imprimer
Écrit par Administrator   
Samedi, 06 Juin 2015 00:00

Bakary Guèye - L’hôtel Iman de Nouakchott a abrité les 3 et 4 juin courant un forum consacré à la vulgarisation des bonnes pratiques au sein des Think tanks. 

L’atelier auquel a pris part un groupe d’experts nationaux et internationaux est organisé par Mauritanie Perspectives (MP) et entre dans le cadre de son engagement à œuvrer pour le renforcement de l’Etat de Droit, de la Bonne Gouvernance et de la participation de la Société civile et son implication dans le processus de mise en œuvre des politiques publiques de développement.

L’atelier qui bénéficie de l’appui de la Coopération Espagnole dans le cadre de son programme Masar, constitue un cadre d’échange entre think thanks mauritaniens et d’autres think tanks venant de la Tunisie et de l’Espagne.

Selon un communiqué rendu public par les organisateurs : « L’objectif principal de cet important atelier est le partage d’expériences pour l’identification et la capitalisation des bonnes pratiques au sein des Think tanks. 

L’atelier comprend des échanges approfondis sur les thématiques suivantes: Rôle des Think Tanks dans l’accompagnement des politiques publiques ; Management des Think Tanks Communication et Think Tanks ; Lobbying, réseautage et partenariats au niveau national, régional et international entre Think Tanks.

Les participants ont eu un programme très chargé avec au premier jour la traditionnelle séance d’ouverture avec les mots respectifs de l’ambassadeur d’Espagne en Mauritanie et du président de MP qui s’est félicité de la présence de son excellence, une preuve selon lui que l’Espagne suit de près ce qui est entrepris par son Think tank. Même remarque concernant le conseiller de la coopération française qui était également de la partie.

On entra ensuite dans le vif du sujet avec le premier panel qui consistait à la présentation des Think tanks. Cette présentation a englobé Mauritanie Perspectives(MP) avec le professeur Amadou Sall, RI Elcano avec Miguel Hernando de Larramendi, L’OMEDRH avec Abdessalem Nagazi, le CMES avecDidi Ould Salek, le CEROS avec Mohamed Vall Ould Bah, le CMAP avec Hacen Ould Zein, l’IMES avec Mme Fatimetou et le CAAID avec Mohamed Salem Ould Dah. Il ressort des différents exposés que, l’OMEDRH est une organisation de la société civile. Elle a une dimension maghrébine de droit tunisien ayant reçu l’autorisation N°05 du 10 avril 1990.Elle compte un groupe d’experts et de praticiens nationaux et internationaux et spécialistes en développement des compétences et des ressources humaines dans les pays euro-méditérranéens.

Mauritanie-Perspectives est une association indépendante à but non lucratif, créée en 2010 régie par la loi n° 64 098 du 9 juin 1964 relatives aux associations en Mauritanie. Elle est constituée de personnalités issues de divers horizons, experts, universitaires, hauts cadres et fonctionnaires, hommes d'affaires, de retraités etc. Son initiative est totalement indépendante et n'a pas vocation à verser dans la politique partisane.

Selon M. Amadou Sall, MP est déjà parvenu tant bien que mal à réaliser certaines choses, entre autres un atelier sur le CSLP, un autre sur le système éducatif, un exercice de contrôle citoyen, un document sur le terrorisme au Sahel, des débats sur la santé, l’éducation…Par ailleurs, elle planche depuis quelque temps sur une réflexion sur l’unité nationale sur laquelle elle compte faire 101 propositions.

Autre acteur de cet atelier, c’est le Centre d’Etudes et de Recherches sur l’Ouest Saharien (CEROS) qui est une association de recherche scientifique, constituée par un groupe de chercheurs et agréée en date du 17 novembre 2008 (Récépissé n°00994). Le CEROS a pour vocation de contribuer au développement de la recherche en sciences humaines et sociales sur l’Ouest Saharien. S’agissant du CMAP, c’est un Projet sous tutelle du Ministère des Affaires Economiques et du Développement, sous supervision d’un comité de Pilotage issu de l’Administration, du secteur privé et de la société civile Il est Financé par le Gouvernement Mauritanien et la Fondation Africaine Pour le Renforcement des capacités en Afrique (ACBF) 

Le Centre Maghrébin d’Etudes Stratégiques (CMES) est une institution scientifique indépendante de recherche et d'études à caractère analytique et prospectif.

Il a été fondé à Nouakchott en 2007 par une équipe d'universitaires et de compétences multidisciplinaires. Il vise à combler le vide constaté dans le domaine de la recherche scientifique en Mauritanie, tout en recherchant à l’intégrer dans son environnement maghrébin à travers un dialogue et une réflexion stratégiques approfondis.

L’institut espagnol El Cano qui s’est spécialisé dans les analyses et réflexions du point de vue typiquement espagnol passe pour être le plus solide et le mieux organisé de tous. Disposant d’un budget annuel de 3 millions d’euros, son site internet attire chaque année près d’un million et demi de visites. Les deux derniers acteurs restants sont : l’IMES créé par le décret 235-2011 du 18 octobre 2011 et le CAAID créé en 2001 et qui est le plus ancien de tous, du moins pour ce qui concerne la Mauritanie

Après toutes ces présentations, des questions ont été adressées aux différents responsables qui ont chacun en ce qui le concerne apporté des réponses. M.Hassan Ould Zein, directeur du CMAP a plaidé pour le développement local, la régionalisation. Selon lui, la nomenclature du pays (la Mauritanie) contribue à la dispersion des forces, ce qui fait que le cout de toute action de développement est au bas mot triplé. C’est ainsi soutient-il qu’en 2000, 80% des localités du pays avaient moins de 500 habitants.

Donc, la démocratisation à la mauritanienne (repli sur soi de chaque entité) a engendré une dispersion des forces. Il y a donc lieu de revoir la politique d’aménagement du territoire.

Concernant la question du chômage des jeunes, Ould Zein a noté l’existence d’une multitude de fonds destinés au financement des AGR et autres activités. Il a préconisé pour ce faire de créer un fonds unique pour fédérer tous les efforts et faciliter la tache aux demandeurs d’emplois. Le directeur du CMAP a également déploré le problème des ressources humaines, soulignant au passage que 10 à 20% des études commanditées par son institution, ne sont pas achevées.

Le second panel fut consacré au rôle des Think tanks dans l’accompagnement des politiques publiques. Notons qu’au programme de la seconde journée de cet atelier, il y avait plusieurs panels à l’ordre du jour. D’abord le panel 3 sur le Management des Think tanks. Il s’agit de répondre à la question de savoir comment mieux gérer un Think tank et de plancher sur les modalités de mobilisation des fonds (PTF, Etat, Secteur Privé…)

Le panel 5 porte sur : « Communication : Stratégie, outils, couts. Etudes de cas : Réussites, difficultés et recommandations ». Enfin, le panel 5 est quant à lui consacré au lobbying, réseautage et partenariat au niveau national, régional et international.

Notons qu’à la veille de cet atelier, dans le cadre d’un échange d’expérience et de transfert de compétence, MP a invité le 2 juin le président du think tank Tunisien, Organisation Maghrébine des Etudes et de Développement des Ressources Humaines (OMEDRH) autour d’une table ronde. Cette rencontre a porté sur la restitution d’une enquête effectuée par l’OMEDRH sur la jeunesse maghrébine.

Bakari Guèye



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité
 
MAURITANIE : L’UNITÉ NATIONALE EN QUESTION PDF Imprimer
Écrit par Administrator   
Samedi, 04 Avril 2015 00:00

Les questions liées à la jeunesse et à la préservation de l’unité nationale sont au centre des préoccupations de « Mauritanie perspectives »(MP), un cercle de réflexion et d’échange, constitué d’intellectuels, ayant pour objectif d’œuvrer pour l’instauration d’un Etat de droit en Mauritanie.

C’est dans ce cadre que l’hôtel Iman de Nouakchott a abrité le 1er avril une rencontre sur les thèmes de la jeunesse, de l’emploi et de la communication en relation avec l’unité nationale.

Ouvrant le débat, M. Sall, professeur de philo à l’université de Nouakchott a insisté sur la nécessité de bien gérer la diversité que représentent les différentes composantes du peuple mauritanien.
Au sujet de la communication, il s’est appesanti sur l’importance des contenus médiatiques et sur le temps imparti aux différentes émissions qui doivent cibler les différentes couches de la population sans discrimination aucune.
S’agissant des propositions émises par le professeur, il préconise, pour mieux rapprocher les mauritaniens les uns des autres d’encourager les colonies de vacances entre ressortissants des différentes villes du pays.
Pour M. Mohamed Vall Ould Oumeir, éditorialiste de la Tribune, qui affirme éprouver une certaine gène à l’évocation du concept « unité nationale », en Mauritanie, on fait plutôt face à un problème de cohésion nationale.
M.Oumeir a salué des initiatives telles que la création de la deuxième chaine publique et de la radio citoyenne qui, de son point de vue ont beaucoup contribué au rapprochement des différentes composantes de la population. Mais, il regrette que ces initiatives ne sont pas encouragées comme il se doit et d’aucuns s’évertuent à leur mettre des bâtons dans les roues.

Le directeur de la Tribune propose de faire un lobbying immédiat pour amener les responsables de l’État à inscrire leurs enfants à l’école publique. Ce n’est qu’à ce prix estime-t-il qu’on arrivera à redresser le système éducatif qui est la source de tous les problèmes.
Autre proposition du journaliste : réhabiliter les internats au sein des établissements scolaires. Il faut conseille-t-il profiter de l’enthousiasme suscité par la déclaration des autorités publiques qui ont décrété l’année 2015, Année de l’éducation.

Autre idées avancées, celles de M.Hamma Ould Soufi, dirigeant des associations de jeunes en Mauritanie. Il faut dit-il s’appuyer sur la jeunesse pour bâtir un état fort qui puisse solder les problèmes de cohésion et de justice sociales.
Pour Tabara M’Bodj, présidente de l’ONG, Citoyenneté et Droits Humains, en Mauritanie, il n’y a pas d’unité nationale mais une tolérance nationale. Elle a déploré les inégalités criantes entre les citoyens et l’application à leur égard du deux poids deux mesures.
Abondant dans le même sens, M.Moustapha Kane a soutenu que le problème de l’unité nationale se pose absolument et les éléments allant dans le contresens de cette unité sont légion.

Quant à M.Momme Ducros, fonctionnaire au sein d’une agence de l’ONU, il a déploré le manque de représentativité des jeunes au sein de tous les rouages de l’Etat. Pour lui, la religion, le sport, la musique sont des vecteurs essentiels de l’unité nationale. C’est pourquoi estime-t-il, il convient de prendre en compte les aspirations des jeunes évoluant dans le hip hop et autres.
Mme Hapsa Souleymane, l’unité nationale fait face à de grands défis depuis près de 20 ans, il convient donc d’œuvrer pour mettre en place une unité dans la diversité.

Et pour y arriver, M. Mohamed Ould Jdoud, enseignant chercheur propose de commanditer une étude-diagnostic qui devrait nous édifier sur ce qui nous unit et ce qui nous divise.
M. Memed Ould Ahmed, haut cadre à la retraite affirme qu’on doit régler nos problèmes nous-mêmes et ne jamais compter sur d’autres pour le faire à notre place.
Selon M.Abdallahi, président du Conseil d’administration de la télévision du Sahel, le vrai combat en Mauritanie, c’est la lutte contre la langue.

Il faut dit-il arriver à instaurer une justice normale et que les ONG puissent jouer leur rôle en portant assistance aux personnes en difficulté. Pour lui, l’Etat, la religion ainsi que l’unité nationales sont prises en otage et il faut œuvrer pour desserrer l’étau autour d’elles.
M. Sarr de la société civile propose la mise en place d’un outil permettant de visualiser toutes les zones grises concernant l’unité nationale. Il faut également ajoute-t-il instaurer une forme d’apprentissage de la diversité, une immersion au sein des familles.

Pour M. Achraf, professeur à l’université de Nouakchott, en Mauritanie, on a besoin d’une vraie éducation et d’une vraie justice pour surmonter tous les problèmes.
M.Cheikh Aidara, journaliste a quant à lui mis en exergue dans son intervention, le problème de la mauvaise répartition des postes et des richesses qui est source de frustration pour de grandes franges de la population mauritanienne.

Même son de cloche pour son collègue Bakari Guèye qui a pourfendu l’attitude hypocrite des élites qui ont la fâcheuse tendance de ne pas vouloir reconnaitre les grands problèmes qui pourtant crèvent les yeux.
Selon M. Guèye, les nominations inéquitables au sein des postes de l’administration et l’exclusion manifeste de certaines couches des grandes écoles (École militaire, École des mines, École polytechnique…) sont autant de sources de frustrations qui ne contribuent guère au rapprochement tant souhaité entre communautés.

Bakari Guèye

Source : http://tawary.com/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=3521:mauritanie-lunite-nationale-en-question&catid=1:actualites&Itemid=2

 
MAURITANIE PERSPECTIVES ORGANISE UNE CONFÉRENCE SUR L’UNITÉ NATIONALE ANIMÉE PAR UN MINISTRE D’ETAT ET HOMME POLITIQUE BELGE PDF Imprimer
Écrit par Administrator   
Samedi, 10 Janvier 2015 00:00

La salle de conférence de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Mauritanie a abrité le mercredi 07 janvier 2015 à 19heures un débat sous le thème :« Quelles similitudes et quelles différences des problèmes de structuration de l’unité nationale en Belgique et en Mauritanie ?».Cette conférence organisée par Mauritanie-Perspectives (Observatoire de suivi citoyen du CSLP3) était animé par l’homme politique belge et ex Ministre d’Etat Charles Ferdinand Nothomb.

 

L’objectif pour les organisateurs c’est de voir dans quelle mesure la Mauritanie peut profiter des enseignements tirés de l’expérience de structuration de l’unité nationale et du système politique belge.

En introduction, M. Aziz Ould Dahi, président de Mauritanie-Perspectives (fraichement nommé à la tête de la BCM) a souligné que l’objectif de ce débat c’est d’apporter un éclairage sur la question cruciale de l’unité nationale et de tirer les leçons de l’approche belge de structuration car, il s’agit d’un pays qui présente quelques similitudes avec la Mauritanie.
Pour sa part, Mme Maria de la coopération espagnole a salué cette initiative jugée salutaire et pleine d’enseignements.

Prenant la parole, M. Charles Ferdinand Nothomb a noté d’emblée que l’Etat belge indépendant est installé depuis 180 ans, le suffrage universel s’y exprime seulement pour l’élection du Parlement et l’option pour le suffrage proportionnel évite la bipolarisation et conduit à des coalitions.
Par ailleurs, en Belgique, les polarisations et les problèmes sont d’ordre linguistique et non ethnique. Ils résultent de : l’usage prédominant du français par les élites de la région flamande au XIX siècle (région nord, 6 millions et demie d’habitants aujourd’hui), et de la volonté d’imposer la langue néerlandaise comme instrument d’émancipation et de progrès social du peuple flamand par : l’usage exclusif du néerlandais dans l’administration, la justice et l’enseignement en région flamande, et le bilinguisme dans la gestion de l’Etat fédéral.

Ce double objectif est progressivement atteint par de nombreux combats politiques pour des changements de législation nationale entre 1860 et 1960 et pour l’autonomie culturelle.
Pendant cette période, la partie francophone du pays (région sud wallonne, 3.5 millions d’habitants et 80% de la population bruxelloise) est économiquement dominante.
A partir de 1960, la problème linguistique est doublé et relayé par une polarisation économique, résultant de l’affaiblissement radical de l’industrie lourde qui faisait la richesse de la région sud et de l’implantation d’industries modernes (automobile etc.) attirées par le marché Commun dan l’Europe des 6 ; Et des besoins financiers considérables de la région sud pour maintenir les structures publiques développées du temps de sa prospérité et pour assurer sa reconversion et son autonomie économique.

Cette double pression pour l’égalité et l’autonomie culturelle des uns et pour le soutien financier et l’autonomie économique des autres a contribué à former des majorités nationales larges pour régionaliser l’exercice de nombreuses compétences à travers des entités régionales autonomes disposant de parlements et de gouvernements différents du gouvernement fédéral qui continue à gérer les compétences restées nationales.

En résumé note le conférencier, la leçon essentielle est que le fédéralisme a deux entités principales est difficile par suite de l’influence directe et réciproque du fédéral et du régional même s’ils sont autonomes car il y a un même corps électoral et une double opinion publique selon la langue utilisée.

Ce qui tient la Belgique ensemble, ce sont les Belges qui n’ont pas envie de se séparer même s’ils argumentent sans cesse entre eux et devant la double opinion publique sur la base de leurs différences. Ils partagent, néanmoins, une même culture politique très différente de la culture politique française ou néerlandaise ainsi que le respect de l’Etat de droit dont la règle est la même pour tous.

Les intervenants ont salué à l’unanimité le modèle de structuration belge avec le commun vouloir d’une vie commune, un processus sans violence ni confrontation, un processus civilisé marqué par le respect mutuel des différentes composantes du peuple.
Pour l’ex ministre Isselmou Ould Abdel Kader, en Mauritanie on a besoin de la bonne foi et d’une volonté commune pour créer un Etat unitaire.

Le capitaine Breika Ould M’Barek, en Mauritanie, les problèmes pour la mise en place d’un état unitaire sont à mettre sur le compte des intellectuels. Selon lui, aucun pouvoir n’est seul responsable de cet état de choses.

Selon Samory Ould Beye, responsable syndical, la Mauritanie est minée par l’injustice. L’Etat est à l’en croire diriger par une minorité, un état dans l’état qui exclut les autres communautés. C’est ce qui explique conclut-il les problèmes récurrents d’injustice auxquels est confrontée la majorité des mauritaniens.

Pour sa part Dr Soumaré Atoumane de l’UFP a attiré l’attention sur l’importance du respect qu’on doit aux minorités. En Belgique, les germanophones qui ne constituent qu’une minorité de 60000 personnes ont eu droit à une reconnaissance sociale et linguistique.

M. Soumaré a attiré l’attention sur le non respect des minorités en Mauritanie en donnant l’exemple des Bambaras qui étaient reconnus par la loi sur la nationalité de 1963 mais, ils ont été exclus par la constitution de 1991. Pour lui, la reconnaissance de l’identité n’a rien à voir avec le nombre.

Bakari Guèye  source: http://bakary.mondoblog.org

Mise à jour le Lundi, 14 Décembre 2015 13:05
 
Dîner débat : Renforcement de l'Unité Nationale, de l'Etat de Droit et de la Gouvernance PDF Imprimer
Écrit par Administrator   
Samedi, 29 Novembre 2014 00:00

Dans le cadre de son engagement à œuvrer pour la consolidation de l'Etat de droit, Mauritanie Perspectives (MP) est interpellée par les débats publics et prises de position sur la question de l’unité nationale. Cette question s’invite dans tous les débats actuels et constitue une priorité nationale.

MP estime qu’une réflexion sérieuse et un échange apaisé restent nécessaires pour aborder cette question essentielle. Elle souhaite ainsi offrir aux acteurs en présence un cadre opportun pour une expression responsable, des analyses et réflexions de qualité qui puissent aboutir à des recommandations pertinentes et à des contributions positives pour la consolidation de l’unité nationale.

MP organise, en conséquence un tel échange dans le cadre d’un forum dont le lancement officielle s’effectue autour du diner-débat organisé à la date symbolique du vendredi 28 novembre 2014 au Royal Suites Hôtel.

Mise à jour le Lundi, 14 Décembre 2015 12:58
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 9 sur 18
Actualités de MP
Image Atelier de Capitalisations et de Valorisations des Acquis
Mardi, 31 Octobre 2017
Dans le cadre d’un partenariat avec l’ambassade des Pays Bas au Sénégal à travers leur programme Shiraka, Mauritanie Perspectives (MP) a... Lire la suite...
Image Mercredi de MP sur le thème " IMPACT DES INVESTISSEMENT PUBLIC SUR L’EMPLOI DES JEUNES"
Lundi, 25 Septembre 2017
Dans le cadre du projet « PROJET RENFORCEMENT DU DEBAT, DE LA REFLEXION ET DU RESEAUTAGE SUR LES THEMATIQUES DE LA JEUNESSE ET DE LA MIGRATION EN... Lire la suite...
Veille des médias
Image Éducation : l’Unesco donne une mauvaise note à l’Afrique
Mardi, 07 Novembre 2017
Jeune Afrique - Publié par l’Unesco, le Rapport mondial de suivi de l’éducation 2017-2018 s’est penché sur la manière dont les États... Lire la suite...
Image États-Unis : le programme créé par Barack Obama pour les jeunes Africains perdure
Mardi, 15 Août 2017
Jeune Afrique - L’arrivée de Donald Trump à la Maison blanche en janvier n’a pas encore eu de conséquences palpables en matière de... Lire la suite...
Image Prix Yahya Ould Hamidoune : dénicheur de futurs polytechniciens
Mardi, 15 Août 2017
Le Quotidien de Nouakchott - PROMATH (Association pour la Promotion des Mathématiques en Mauritanie) – co-organisateur du Prix Yahya Ould... Lire la suite...
Revues et Documents sur le Développement
KALEIDOSCOPE 153
Mardi, 04 Juillet 2017
Défis mondiaux : Accroissement des inégalités Nord-Sud Géographies : Burkina Faso EVENEMENT: 22 avril 2017 Journée internationale de la « Terre... Lire la suite...
Kaléidoscope 152
Mardi, 25 Avril 2017
DÉFIS MONDIAUX : Genre et développement GÉOGRAPHIES : Inde E V E N E M E N T : 8 mars 2017 Journée internationale des femmes La Journée... Lire la suite...
Annonces
Avis: Formation en Genre et Santé
Vendredi, 21 Octobre 2016
Le Bureau d’Etudes et de Recherches sur le Genre, l’Education et les Faits de Sociétés (BERGEFS Consulting) organise une session de formation... Lire la suite...
Image Avis de formation : BERGEFS Consulting organise des sessions sur le Genre
Lundi, 02 Mai 2016
Essirage - L’Institut de Formation en Action Sociale (IFAS) et leBureau d’Etudes et de Recherches sur le Genre, l’Education et les Faits de... Lire la suite...
Documentation sur le CSLP
Documentation sur le CSLP
RAPPORT D’EVALUATION GLOBALE DU CSLP 2001-2015
Jeudi, 25 Février 2016
Préambule La période 2001-2015 a été marquée par une grande instabilité politique. En effet, cinq chefs de l’exécutif se sont succédé au... Lire la suite...
PROFIL DE LA PAUVRETÉ EN MAURITANIE – 2014
Lundi, 21 Décembre 2015
L’Enquête Nationale sur les Conditions de Vie des ménages en Mauritanie 2014, sixième du genre, est une opération nationale de grande envergure... Lire la suite...
Focus
Focus de MP
Liens entre les performances des think tanks, leurs décisions et le contexte
Lundi, 10 Octobre 2016
Résumé Le projet «Liens entre les performances des think tanks, leurs décisions et le contexte» (Linking Think Tank Performance, Decisions, and... Lire la suite...
Bannière

Compteur de visite

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd’hui906
mod_vvisit_counterHier2530
mod_vvisit_counterCette semaine8766
mod_vvisit_counterSemaine passée13118
mod_vvisit_counterCe mois35600
mod_vvisit_counterMois dernier82912
mod_vvisit_counterTotal3653080

AECID: Agence espagnole pour la coopération internationale et le développement

Cadre général du projet Observatoire de Suivi Citoyen du CSLP;

Financement AECID;

Durée 18 mois depuis le 1er avril 2012.

Site web: www.aecid.es.

Sondage

Que pensez vous du site